Roshaan, diplômée Passeport et immigrante, nous confie ce qu’être Canadienne signifie pour elle.

En 2006, alors que je n’avais que 11 ans, ma famille a quitté le Pakistan pour immigrer au Canada. Mes parents ont tout abandonné pour nous donner, à moi et à mes sœurs, de meilleures perspectives d’avenir. J’étais excitée de venir au Canada, mais j’avais aussi très peur. C’était tout un changement pour une jeune fille comme moi.

Je me souviens encore de mon premier jour de 6e année. J’étais nerveuse, mais impatiente de faire mes preuves. Quand j’ai vu la classe, tous les élèves, l’aquarium avec des poissons de toutes les couleurs… je croyais rêver. C’était comme dans les films. Est-ce que je pourrais m’adapter?

Lorsque l’enseignant a posé une question à la classe pendant la première période, je me suis dit : « voilà ma chance ». J’ai inspiré profondément et j’ai levé la main. Je dois dire qu’au Pakistan, il faut se lever pour répondre à une question de l’enseignant. Donc, lorsque l’enseignant m’a nommée, je me suis levée… je me souviens encore des rires qui ont fusé et des moqueries. Aujourd’hui, je souris lorsque j’y pense, mais à l’époque, ce n’était vraiment pas évident – surtout que j’étais encore une enfant.

Un seul petit instant avait suffi pour remettre en question la légitimité de ma présence au Canada. Est-ce que j’avais ma place? Est-ce que je pouvais faire ma place? Ce premier jour d’école et d’autres expériences comparables qui ont suivi ont pavé la voie à un choc culturel à long terme. Pendant cette période, mon identité culturelle a été mise à rude épreuve.

J’avais le sentiment que je devais abandonner mon identité pakistanaise pour devenir une « vraie » Canadienne. Mon intégration à la société canadienne n’avait rien d’un atterrissage en douceur. Dès le premier jour, je devais être prête à tout affronter, sans possibilités de reprendre mon souffle et de comprendre mon environnement. Pire encore, je croyais être la seule à mener ce combat identitaire.

Ce n’est que bien des années après, lorsque j’ai commencé le 3e secondaire, que j’ai eu l’occasion de rencontrer d’autres nouveaux arrivants de ma communauté avec l’aide du programme Passeport pour ma réussite.

Grâce à ce programme, j’ai fait connaissance avec d’autres élèves qui avaient vécu des situations comparables en classe ou ailleurs, des expériences qui les avaient poussés à remettre en question leur sentiment d’appartenance à leur communauté. Nous avons parlé de nos expériences, appris les uns des autres et découvert que nous n’étions pas seuls.

Je serai éternellement reconnaissante au programme pour ces liens qui m’ont permis de créer un sentiment de communauté. Et cette communauté m’a aidé à comprendre que je pouvais être Canadienne sans renier mes origines pakistanaises et que je pouvais être fière de mes deux cultures.

Cette double identité est ce que je célèbre lors de la fête du Canada. Je me sens très privilégiée de maintenir une identité culturelle dynamique qui change au gré de mes expériences.

Je suis fière d’être Pakistanaise et Canadienne, et reconnaissante pour le multiculturalisme du Canada, parce les communautés de nouveaux arrivants et de première génération sont importantes et méritent d’être célébrées.

C’est pourquoi la fête du Canada devrait être l’occasion d’en apprendre davantage sur les gens et les cultures avec lesquels nous partageons notre pays. Elle devrait aussi être l’occasion de reconnaître que nous n’avons pas tous la même conception de ce que signifie d’être Canadien. Être Canadien peut signifier être né et avoir grandi au Canada. Être Canadien peut également signifier avoir déménagé dans une nouvelle communauté et s’être adapté à une nouvelle réalité. Ou encore, avoir à affronter les traumatismes causés par l’oppression, les déplacements et la privation des droits. Être Canadien peut signifier tout cela ou rien de cela, mais chose certaine, le fait d’être Canadien signifie se rassembler en tant que pays et donner à chacun la possibilité d’être entendu.

Merci de m’avoir donné l’occasion de reconnaître et de célébrer la diversité culturelle du Canada, et je vous encourage à faire de même. Prenez le temps de parler avec vos amis, vos voisins, vos collègues ou même de participer à des conversations en ligne sur les différentes significations d’être Canadien. Apprenons les uns des autres et de la diversité de nos expériences, car après tout, notre peuple est ce qui rend ce pays si formidable.

Donate