pathwaystoeducation.ca

Intro.

Discussions sur le monde du travail

Près de 300 000 jeunes au Canada vivent dans des communautés défavorisées et font souvent face à d’importants obstacles en éducation et relativement aux possibilités de carrières. Dans chaque épisode d’Intro., une personne différente qui a été confrontée à ces obstacles est présentée à un leader dans le but de discuter de points communs et d’obtenir des conseils pratiques pour commencer sa carrière. 

Intro. cherche à démocratiser l’accès aux conversations honnêtes en tête-à-tête de manière à ce que tout le monde puisse écouter et apprendre. 

*Disponible en anglais uniquement

Voir la transcription
Hamshaa Sivaruban (00:02) :

Bonjour, Je m’appelle Hamshaa, je suis diplômée du programme Passeport pour ma réussite. Vous écoutez Intro, un balado qui propose des discussions sur le développement de carrière loin des discussions de machine à café et de corridor, afin que tout le monde puisse en profiter. Ce balado est réalisé et offert par Passeport pour ma réussite Canada, un organisme de bienfaisance national qui vise à briser le cycle de la pauvreté grâce au pouvoir de l’éducation. Son programme primé crée un changement social positif en soutenant les jeunes issus de communautés défavorisées pour leur permettre de surmonter des obstacles à l’éducation, d’obtenir leur diplôme d’études secondaires et d’établir le fondement d’une réussite future. Aujourd’hui, nous présentons Abdul Al-Basith à Allen Lau, cofondateur et chef de la direction de Wattpad. Abdul a quitté le Bangladesh pour venir s’installer à Toronto alors qu’il était en sixième année. Les technologies, le monde des affaires et la culture des entreprises en démarrage le passionnent et éveillent sa curiosité. Comme moi, il est diplômé Passeport et travaille aujourd’hui à Passeport pour ma réussite comme architecte de solutions.

Hamshaa Sivaruban (01:10) :

Nous avons demandé à Abdul de penser à une personne avec qui il aimerait discuter de parcours professionnel. Qui serait cette personne? Quel serait son premier choix? Il a répondu Allen Lau. Alors, on a organisé la rencontre. En 2006, Allen a cofondé Wattpad ici même au Canada. Depuis, l’entreprise est devenue une référence mondiale en matière de divertissement multimédia. Aujourd’hui, elle compte une centaine de millions d’utilisateurs dans le monde et a été rachetée en mai 2021 pour un montant estimé à 750 millions de dollars. Dans l’épisode d’aujourd’hui, Abdul et Allen parlent des hauts et des bas de la vie d’entrepreneur, de leurs expériences en tant qu’immigrés, des attentes des parents concernant la carrière de leurs enfants, de la manière de gagner la confiance des gestionnaires et des collègues, et de bien d’autres choses encore. Écoutons.

Abdul Al-Basith (02:04) :

Allen, merci beaucoup de prendre le temps de discuter avec moi aujourd’hui. Je suis impatient de vous poser toute une série de questions sur votre parcours professionnel. Donc, si vous êtes d’accord avec ça, on peut commencer.

Allen Lau (02:15) :

Oui, bien sûr. Merci de m’avoir invité.

Abdul Al-Basith (02:18) :

Je voudrais revenir sur votre ancienne vie. Je sais que vous avez immigré au Canada quand vous étiez jeune. À 19 ans, si je me souviens bien. Comme moi, je suis aussi immigrant. Comment pensez-vous que cette expérience en tant qu’immigrant a influencé votre parcours professionnel? Quel serait le conseil que vous pourriez donner au jeune Allen si vous pouviez remonter dans le temps?

Allen Lau (02:37) :

C’est une très bonne question. Je suis arrivé au Canada quelques semaines avant mes 19 ans et je venais de terminer mes études secondaires à Hong Kong à cette époque. J’ai donc atterri dans un environnement complètement nouveau, tant du point de vue culturel que scolaire. C’était beaucoup de changements et tant de nouvelles choses à apprendre pour moi. En plus de la langue, j’ai fait face à divers obstacles quand j’ai déménagé au Canada. Je pense que cela m’a en partie incité à devenir ingénieur. Je ne dis pas que cette profession ne m’attirait pas à la base, mais c’est une raison de plus qui m’y a mené, car les ingénieurs travaillent seuls en général. Vous êtes devant votre écran. Vous n’avez pas à parler à qui que ce soit. Tous ces obstacles dont il est question n’ont pas les mêmes répercussions ni les mêmes effets négatifs sur moi, et cela convient bien à ma personnalité de travailler seul. J’étais très introverti. À ce moment-là, c’était la profession qu’il me fallait.

Abdul Al-Basith (03:47) :

Si vous deviez retourner à l’âge de 19 ans, compte tenu de toute l’expérience que vous avez acquise, que vous diriez-vous en arrivant au Canada?

Allen Lau (03:58) :

Bien entendu, je pense qu’il y a eu de nombreuses leçons, mais dans ce contexte, la plus importante leçon que j’ai apprise est que je devrais être un peu plus extraverti. La vie ne se résume pas aux calculs, à la fabrication de silicone ou à la conception de logiciels. Si cela a bien fonctionné à cette étape de ma vie, je réalise aujourd’hui que je dois acquérir d’autres compétences. Les compétences relationnelles sont un atout très, très important que j’ai acquis au fil du temps. J’aurais aimé ne pas être aussi introverti à l’époque. Si j’avais été un peu plus extraverti, plus ouvert, si j’avais côtoyé les gens un peu plus, j’aurais probablement acquis ces compétences plus rapidement.

Abdul Al-Basith (04:48) :

En tant qu’immigrants de première génération, les parents ont beaucoup d’attentes à votre égard. Comment avez-vous fait pour surmonter ces attentes et vous lancer dans l’entrepreneuriat à temps plein?

Allen Lau (05:05) :

Oui. Je tiens à leur exprimer toute ma gratitude. À l’époque, quand j’étais jeune, mes parents n’agissaient pas comme la plupart des parents hyper protecteurs. J’avais beaucoup de liberté pour poursuivre mon rêve. Ce n’était pas leur premier choix, et même aujourd’hui, ils s’inquiètent de savoir si j’y arriverai, mais c’est une préoccupation, pas une consigne à suivre. Ils me font part de leurs préoccupations, mais ne m’empêchent pas de réaliser mon rêve. Je les remercie du fond du cœur. Et en même temps, qui nous connaît mieux que soi-même? Vous savez ce qui vous rend heureux. Vous savez ce qui vous passionne. Et je pense que, lorsqu’on choisit sa carrière ou ses études, il faut en tenir compte. La dernière chose que l’on souhaite, c’est de passer plus de huit heures par jour à travailler sur quelque chose que l’on déteste plus que tout.

Allen Lau (06:08) :

Une chose qui [inaudible 00:06:10] apparaît clairement, si vous aimez ce que vous faites, ce n’est pas du travail. Ce n’est pas comme si quelqu’un vous forçait à le faire. Si vous aimez ce que vous faites, vous n’aurez jamais envie d’arrêter. La retraite perdra tout son sens.

Abdul Al-Basith (06:29) :

Oui. Effectivement. C’est un sujet que je veux aborder. Est-ce que vous aimez ce que vous faites? Je sais que pour beaucoup de jeunes ou moins jeunes qui nous écoutent, la découverte de ce que l’on aime faire est parfois un parcours en soi, n’est-ce pas? Je voudrais savoir comment vous avez réalisé que vous vouliez avoir une influence sur la façon dont les gens socialisent, dont ils racontent des histoires? Comment avez-vous réalisé que c’était ce que vous vouliez faire?

Allen Lau (06:57) :

J’ai eu deux entreprises avant de lancer Wattpad. Il m’a donc fallu du temps pour comprendre ce que je voulais faire. C’est une autoréflexion constante, et personne ne vous connaît mieux que vous-même. Vous savez ce que vous aimez, ce qui vous fait souffrir et ce que vous n’aimez pas faire. Au fil du temps, en apprenant un peu plus à vous connaître, vous découvrirez ce que vous aimez vraiment. C’est pourquoi, parfois, je ne veux même pas utiliser le mot « Corée ». La vocation est peut-être plus appropriée, car le travail a parfois une connotation négative. « Je dois aller travailler. Oh, c’est lundi. Le travail m’attend. » Non, vous ne devriez pas vous sentir comme ça. Et peut-être que je suis très chanceux d’avoir pu trouver ma voie. Tout le monde n’a pas cette chance. Certaines personnes peuvent mettre 10, 20, 30 ans avant de trouver ce qui les passionne vraiment. Je suis persuadé que le jeu en vaut la chandelle.

Allen Lau (08:02) :

Vous devriez faire tout ce qui vous plaît. Vous devriez faire ce qui vous passionne, car si vous aimez ce que vous faites, vous y consacrerez beaucoup plus d’efforts et les résultats suivront. Il faut lancer la machine et l’alimenter soi-même.

Abdul Al-Basith (08:18) :

Vous avez donc de l’expérience en tant qu’entrepreneur. Quelle est la partie la plus pénible de la création d’une entreprise? Celle à laquelle personne ne s’attend lorsqu’on se lance dans la création d’une entreprise?

Allen Lau (08:28) :

Je pense que le fait d’être un entrepreneur ou de créer une entreprise a été tellement idéalisé que les gens ne voient que le succès, la gloire et l’excitation. Ils ne comprennent pas que c’est seulement 1 % du temps. 99 % du temps, il faut résoudre des problèmes. Les défaillances; le produit n’est pas fonctionnel; les gens se plaignent; personne ne s’inscrit, et ainsi de suite. Dans de nombreuses entreprises, vous passez le plus clair de votre temps à résoudre des problèmes. C’est le revers de la médaille que la plupart des gens ne voient pas. Il faut aussi se rappeler qu’environ 95 % des entreprises ne réussiront pas, c’est un fait et une réalité. Vous devez donc composer avec de nombreux échecs et de nombreux défis. Et si cela ne vous convient pas, alors peut-être que l’entrepreneuriat n’est pas pour vous, car la réussite de l’entreprise n’est jamais acquise. Jamais.

Abdul Al-Basith (09:48) :

Oui. Il y a donc beaucoup de choses qu’il faudra sacrifier pour atteindre le niveau de réussite que vous souhaitez dans votre entreprise ou dans votre vie personnelle. Alors, quelles sont les choses que vous avez dû sacrifier pour arriver là où vous êtes maintenant?

Allen Lau (10:06) :

Je dirais que c’est surtout la possibilité d’avoir un emploi stable. En tant qu’entrepreneur, c’est une réalité qu’il faut accepter. Vous ne pouvez pas savoir si tout va bien se passer demain. Vous ne savez pas ce que vous réserve l’avenir. Même si vous avez une vision précise de l’entreprise, il n’y a aucune garantie. Cette perspective peut faire peur au nouvel entrepreneur. J’ai parlé à de nombreux jeunes entrepreneurs. Au début, ces personnes éprouvent de l’anxiété et sont préoccupées par la nature incontrôlable de l’avenir, mais au bout d’un moment, elles s’y habituent et deviennent immunisées. Je me rends également compte que mes propres entreprises en démarrage, au pluriel, pourraient échouer encore et encore. Mais la communauté des entreprises en démarrage n’échouera jamais. Vous pouvez simplement continuer à essayer jusqu’à ce que vous réussissiez.

Abdul Al-Basith (11:10) :

Comment peut-on gagner personnellement votre confiance, dans la vie professionnelle peu importe le domaine?

Allen Lau (11:19) :

Ça prend du temps. Personne ne peut bâtir une relation en cinq minutes et, surtout dans l’après-COVID ou pendant la pandémie, il est très difficile de créer des liens, car nous sommes tous sur Zoom, en mode virtuel. Notre cerveau fonctionne comme ça. Pour établir une relation, nous avons besoin du langage corporel. Je n’invente rien, la science le prouve. Il y a eu pas mal d’articles à ce sujet. Le langage corporel est mieux perçu en personne. Donc, ce qui permet de gagner la confiance, c’est le temps passé ensemble et la résolution des problèmes en équipe. Par exemple, en travaillant avec quelqu’un sur un projet, on sait ensuite ce que la personne pense, quelles sont ses valeurs. Je pense que c’est également un point très important. Pour gagner ma confiance, je dois connaître le système de valeurs de la personne. Le système de valeurs de l’autre personne peut ne pas être identique au mien, et c’est parfaitement acceptable.

Allen Lau (12:37) :

Vous ne pouvez pas trouver un jumeau. Personne ne partage exactement les mêmes valeurs que vous, mais sont-elles en phase? Sont-elles compatibles? Je pense que c’est également un point essentiel. En fin de compte, lorsque vous devez faire confiance à quelqu’un, ce n’est pas une question de quantité, mais de qualité, et la qualité est liée au système de valeurs.

Abdul Al-Basith (13:02) :

Nous sommes d’accord. Allen, encore merci pour votre témoignage. Merci beaucoup d’avoir accepté cette entrevue avec moi. Notre conversation contenait tellement de renseignements que nos auditeurs aimeront écouter. Cette conversation avec vous a été très instructive. Merci d’avoir pris le temps, malgré votre emploi du temps chargé, de discuter avec nous. Au nom de Passeport pour ma réussite et de tous ceux qui écoutent, je vous remercie infiniment.

Allen Lau (13:29) :

Merci encore de m’avoir invité.

Hamshaa Sivaruban (13:31) :

Merci d’avoir écouté ce tout premier épisode d’Intro. Pour une transcription de cet épisode en français et en anglais, visitez le site passeportpourmareussite.ca/intro. Pendant que vous êtes là, dites-nous ce que vous avez pensé de l’épisode et faites-nous part des sujets que vous aimeriez nous voir aborder dans les prochains épisodes. Si vous avez aimé l’émission, partagez-la avec un ami ou écrivez un commentaire sur votre application de balado préférée. Vous pouvez également obtenir plus de renseignements et envisager de soutenir Passeport pour ma réussite à passeportpourmareussite.ca. Ce balado a été créé et produit par le Laboratoire d’apprentissage de Passeport pour ma réussite, où des innovateurs se réunissent pour créer et mettre en commun des technologies qui améliorent directement la vie des jeunes. Nous remercions tout particulièrement l’animateur de cet épisode, Abdul Al-Basith, et notre invité, Allen Lau, ainsi que le soutien à la production de la part de Black Belt Productions. Merci de votre écoute.

View Transcript
Hamshaa Sivaruban (00:02):

Hey there. My name is Hamshaa, an alum of the Pathways to Education program. And you are listening to Intro, a podcast that brings career building conversations out of cafes and corner offices out into the open for everyone to learn from. This podcast is produced and made possible by Pathways to Education Canada, a national charity breaking the cycle of poverty through education. Its award-winning program is creating positive social change by supporting youth living in low income communities to overcome barriers to education, graduate from high school, and build a foundation for successful future. Today, we’re introducing Abdul Al-Basith to Allen Lau, the co-founder and CEO of Wattpad. Abdul moved to Toronto from Bangladesh as a sixth grader and is passionate and curious about tech, business, and startup culture. Like me, he is a Pathways alum and today, works at Pathways to Education as a solutions architect.

Hamshaa Sivaruban (01:10):

We asked Abdul if he could sit down to talk career paths with absolutely anyone. Who would that be? His first choice? Allen Lau. So, we made it happen. Allen co-founded Wattpad in 2006 right here in Canada, and it has since grown into a global multimedia entertainment powerhouse. Today, it books a hundred million users worldwide and in May of 2021 was acquired for an estimated $750 million. In today’s episode, Abdul and Allen talk about the ups and downs of life as an entrepreneur, their experiences as immigrants, parents’ career expectations, how to earn trust with managers and coworkers, and so much more. Let’s listen in.

Abdul Al-Basith (02:04):

Allen, thank you so much for taking the time to talk with me today, and I’ve actually got a whole bunch of questions about your career path that I want to get into right away. So, if you’re good with that, we can jump into it.

Allen Lau (02:15):

Yeah, of course. Thanks for inviting me.

Abdul Al-Basith (02:18):

Kind of want to wind back to some of more of your earlier life. I know you immigrated to Canada when you were pretty young. I think, as 19, if I remember correctly. Like myself, I’m an immigrant, as well. How do you think that immigrant experience influenced your career path? And if there’s any advice that you can give to your young self, what would it be?

Allen Lau (02:37):

Yeah, I think that’s a very good question. I came to Canada weeks before my 19th birthday and I finished high school in Hong Kong at that time. So, I kind of parachute into a completely new environment, both culturally and academically. And there were so many different adjustments and new things I had to learn, led along the language, there were so many barriers in the early days when I moved to Canada. I think that partially pushed me to become an engineer. Not saying I didn’t like it, but that’s one more reason to push me towards that direction is because as an engineer, most of the time, you work by yourself. You look at the screen. You don’t have to talk to anyone. All those barriers or hurdles that talk about would not be as impactful and negatively impactful to me, and also fits my personality. I was very introverted. So, in a way, sounds like it’s the right profession for me at that time.

Abdul Al-Basith (03:47):

So, if you were to kind of go back to your 19-year-old self after all this experience that you’ve had, what would be something that you would tell yourself just coming right into Canada?

Allen Lau (03:58):

Yeah, I think, of course, there were many lessons, but in this context, I think the most important lesson that I learned was perhaps I should be a little bit more outgoing. Life is more than calculus or building silicone or writing software. While it worked well for that stage of my life, one thing I realized at the latest stage of my life is I have to pick up other skills. Like people skill is a very, very important asset that I built over time, and I wish I wasn’t as introverted at that time. If I had been a little bit more outgoing, outspoken, mingle with people a little bit more, I probably will have saved a few years of learning from that perspective.

Abdul Al-Basith (04:48):

Coming as an immigrant, first generation immigrant here, parents have a lot of expectations from you. How did you go about navigating through those expectations and really going into entrepreneurship full time?

Allen Lau (05:05):

Yeah. I think I have to be very grateful. My parents at time when I was young, they were not acting like typical tiger parents. I had a lot of freedom to pursue my dream. They may not like it, even today, they still worry if I could make it, but it’s a worry, not an instruction they have to follow. They share with me their concerns, but I was able to pursue my dream. To say, I’m super grateful for that. And at the same time, you know yourself more than your parents. You know what makes you happy. You know what you are passionate about. And I think when you choose your career or what you study at in school, and that has to take into consideration, because the last thing anyone wants would be spending eight hours plus per day, working on something that you really, really, really hate.

Allen Lau (06:08):

One thing that [inaudible 00:06:10] be loud and clear, if you love what you do, this is not work. It’s not like someone forcing you to do this. If you enjoy what you’re doing, you can just keep going and going and going. You don’t need to retire.

Abdul Al-Basith (06:29):

Yeah. I know. I want to kind of talk a little bit more about that, if you love what you do. I know a lot of young folks that may be listening to this or anyone who may be listening to this, coming to the realization of figuring out what you love to do could be a journey on its own, right? I wanted to ask you, how did you come to realization that you want to make an impact in the way people socialize, in the way people tell stories? How did you come to the realization that that is what you want to do?

Allen Lau (06:57):

It took me two other companies before I started Wattpad. So, it took a while, even for me to figure out. It’s constant self reflection and you know yourself the best. You know what you enjoy and you know what is agonizing to you, what you don’t like to do. And over time, as you know a bit more about yourself, as you learn a bit more, you will figure out what you really enjoy and that’s why sometimes I don’t even want to use the word, Korea. Vocation, perhaps, is the right way to describe because work, sometimes, has that negative connotation. « Oh, you have to go to work. Oh, it’s Monday. You have to go to work. » No, shouldn’t feel that way. And perhaps, I’m very lucky I was able to find my path. Not everyone would be that lucky. Some people may take 10, 20, 30 years before they find what they are really passionate about. But I’m a strong believer that you should do as much as possible.

Allen Lau (08:02):

You should do whatever you enjoy. You should do what you are passionate about because if you enjoy doing it, you would make a much more effort on it and the results would come. It would be like a flywheel that you would just feed on yourself.

Abdul Al-Basith (08:18):

So, you’ve had experience as an entrepreneur. So, what is the worst part of building a company that nobody expects when they start to build a company?

Allen Lau (08:28):

I think being an entrepreneur or starting a company have been so heavily romanticized in the world right now, that people only see the success, the glory, the excitement. People don’t understand that’s only 1% of the time. 99% of the time, I have to say is I have to deal with crap. The failures, the product is not working, people are complaining, people are not signing up, you name it. For most companies, you spend most of the time dealing with problems and that’s the, perhaps, less so shiny side that most people don’t see. And we also have to remember, perhaps, even 95% of the companies would not be successful and that’s just the fact and the reality. So, you have to deal with a lot of failures and a lot of challenges. And if you are not with that, then perhaps entrepreneurship is not the right thing for you because whether the company would make it, it is always a question mark. Always.

Abdul Al-Basith (09:48):

Yeah. So, there’s a lot of things that you may have to sacrifice to get to a level of success that you want with your company or even in your personal life. So, I just want to ask, what are some of the things that you found yourself that you had to sacrifice to get to where you are right now?

Allen Lau (10:06):

I would say perhaps is the stability of having a stable job. This is something that’s as an entrepreneur, you kind of have to sacrifice. You don’t know whether you would make it tomorrow. You don’t know what the future is like. Even though you have the strong vision of the company, but there’s no guarantee. And at the same time, it could be frightening for the first time entrepreneur. I spoke to many first time entrepreneur. They have that type of anxiety and the uncontrollable nature of the future but after a while, you get used to it, you get immune to it. And perhaps, I also realize, my startups, plural, might fail over and over again, but the startup community would not fail. You can just keep trying until it becomes successful.

Abdul Al-Basith (11:10):

How does someone go about earning your trust personally, when it comes to business life, whatever it may be?

Allen Lau (11:19):

It takes time. No one can build a relationship in five minutes and especially in the post-COVID or during the pandemic is an order of many to hire because we are all on Zoom, digitally. That’s how our brains function. To build rapport, we need that body language. I’m not making, there’s some science behind us. There were quite a few articles talk about this om digital. We just cannot absorb the body language as good as we like in person. So, the one thing that’s about earning trust is time and solving problems together. For example, work on something together, then we know how that person think, what the values are. I think that’s also a very important point. To earn the trust, I have to know the value system of that person. The value system of the other person might not be identical to me, and that’s perfectly okay.

Allen Lau (12:37):

You can’t find a twin. No one would share the identical value exactly as you, but are they aligned? Are they compatible? I think that’s also a very, very important point because at the end of the day, when you have to trust someone, it’s not about the quantitative, it’s about the qualitative and qualitative is all about the value system.

Abdul Al-Basith (13:02):

I agree. Alan, I thank you again for so much. Thank you so much for just sitting down with me and having this conversation. There was so much in our conversation that I think our listeners can appreciate hearing. It’s been really helpful to talk with you and it means a lot to us that it took your time from your busy schedule and to sit with us and have this conversation. So, on behalf of Pathways to Education and everyone listening, thank you so much.

Allen Lau (13:29):

Thanks again for inviting me.

Hamshaa Sivaruban (13:31):

Thanks for listening to this first ever episode of Intro. For a transcript of this episode in English and French, visit pathwaystoeducation.ca/intro. While you’re there, tell us what you thought of the episode and let us know what you’d like to hear more of in future episodes. If you enjoyed the show, share it with a friend or give us a review on your favorite podcast app. Also, learn more and consider supporting Pathways to Education at pathwaystoeducation.ca. This podcast was created and produced by Pathways to Education Canada’s learning lab, where innovators come together to create and share technology that directly improves the lives of young people. A special thanks to this episode’s host, Abdul Al-Basith, and our guest, Allen Lau, production support by Black Belt Productions. And thank you for listening.

Épisode 1

Abdul rencontre Allen Lau, chef de la direction et cofondateur de Wattpad

Hôte : Abdul Al-Basith, Invité : Allen Lau 

Dans cet épisode, nous présentons Abdul Al-Basith à Allen Lau, cofondateur et chef de la direction de Wattpad.

Abdul Al-Basith
Depuis qu’il a quitté le Bangladesh pour venir s’installer à Toronto alors qu’il était en sixième année, Abdul est passionné par les technologies, le monde des affaires et la culture des startups et curieux d’en apprendre davantage. Diplômé Passeport, il travaille maintenant comme architecte de solutions à Passeport Canada.
Allen Lau
En tant que chef de la direction et cofondateur de Wattpad, Allen a conçu une véritable histoire de réussite canadienne. L’entreprise compte 100 millions d’utilisateurs à travers le monde et est considérée comme une centrale de divertissement multimédia.

Vous avez fini d’écouter?
Nous aimerions recevoir vos commentaires.

Envoyez-nous un message à l’aide du formulaire à propos des cheminements de carrière que vous aimeriez voir abordés plus en détail dans les prochains épisodes, ou dites-nous si vous êtes diplômé-e et que vous aimeriez organiser un prochain épisode.