pathwaystoeducation.ca

Qu’il s’agisse d’étudier pour un examen de mathématiques, d’obtenir un nouvel emploi à temps partiel ou simplement d’aller à l’école chaque jour, nous avons parfois besoin d’un peu d’aide pour rester motivés.

Voici cinq exemples de soutien qui a aidé les diplômés Passeport à réussir au secondaire.

1. Une mentore à qui parler

Le fait d’avoir un modèle vers qui se tourner pour obtenir un soutien personnalisé peut vraiment changer la donne. Pour Andrea, ce fut indéniablement le cas.

« Au début de mes études secondaires, tout est devenu plus difficile, parce que je savais que j’aurais plus de devoirs, mais je n’avais pas d’aide à la maison pour pouvoir faire de mon mieux. J’étais souvent toute seule et c’était très difficile. Je pleurais très souvent. Par la suite, j’ai rencontré une mentore qui me disait toujours de penser à mon avenir quand j’avais envie d’abandonner. Je peux dire en toute honnêteté qu’elle était mon héroïne. Elle m’a tellement appris, elle a cru en moi et m’a aidée à avancer. » – Andrea, diplômée Passeport, cohorte de 2012

2. Le tutorat à la rescousse

Pour d’autres, comme Khadija, ce sont les matières scolaires qui représentent un défi. L’accès à des ressources comme le tutorat peut alors être le petit coup de pouce nécessaire pour rester concentré quand vient le temps d’étudier en vue d’un examen.

« Au secondaire, j’étais inscrite au programme de baccalauréat international, qui est reconnu pour ses examens rigoureux et ses programmes exigeants, et j’ai frappé un mur. J’avais l’impression d’être submergée par mes études… comme je n’étais pas faite pour ça. Je ne savais pas trop si j’arriverais à me rendre à l’université étant donné que mes notes n’étaient pas extraordinaires et j’envisageais de revenir à un cheminement régulier. Puis, j’ai rencontré un tuteur en mathématiques qui prenait tout le temps nécessaire pour m’aider à résoudre des problèmes difficiles et m’expliquer les concepts que je ne saisissais pas. Ça a réellement changé la donne. » – Khadija, diplômée Passeport, cohorte de 2013

3. Un environnement accueillant et sûr 

Il suffit parfois d’un groupe d’amis pour nous faire oublier une journée difficile. Toutefois, il peut être très difficile de se faire des amis, surtout pour les élèves qui sont victimes d’intimidation. Comme Sidra l’explique, offrir un environnement sûr permet aux élèves de se sentir à l’aise, de s’ouvrir aux autres et d’être eux-mêmes. 

« Ma vie au secondaire n’était pas rose. J’ai vécu beaucoup d’intimidation. J’avais beau essayer d’être sympathique et de tisser des liens d’amitié avec les gens, je finissais par me faire blesser et rejeter la plupart du temps. Je n’avais pas encore réussi à me faire des amis loyaux en qui je pouvais avoir confiance. Mais tout a changé lorsque j’ai commencé à fréquenter Passeport pour ma réussite après l’école pour faire mes devoirs dans un endroit calme. Le personnel et les bénévoles étaient toujours là pour m’aider si j’avais des questions. Ils ne me surveillaient pas constamment et ne m’ont pas forcée à m’asseoir avec des inconnus comme je l’appréhendais. Ils ont respecté mon espace et m’ont mise à l’aise. J’ai été agréablement surprise par cette ambiance accueillante. Un jour, je me cherchais un siège, et j’ai reconnu d’anciens camarades du primaire. Même si j’étais plutôt timide, tout le monde chez Passeport pour ma réussite s’est montré très accueillant. Je savais que personne ne m’intimiderait. En m’approchant, j’ai demandé au groupe d’élèves si je pouvais m’asseoir près d’eux. Et je me suis assise avec eux tous les jours. Ce sont encore aujourd’hui mes meilleurs amis. » – Sidra, diplômée Passeport, cohorte de 2017

4. De précieux conseils professionnels

En essayant de naviguer parmi les nombreuses options qui s’offrent à eux après l’école secondaire, certains élèves se sentent parfois dépassés. Hawa croit que le fait de rencontrer quelqu’un qui écoute vos préoccupations, qui expose son propre parcours professionnel et qui donne un point de vue différent peut changer la donne.

« Je n’avais aucune idée de l’école ou du programme d’études postsecondaires où je devais présenter une demande, ni même du processus de demande en tant que tel. J’étais complètement découragée. Avec autant d’options, je me sentais dépassée. Heureusement, ma mentore professionnelle a été très patiente et compréhensive. Je me souviens de l’avoir visitée au moins une fois par semaine pour lui parler des craintes et de l’anxiété que j’éprouvais à l’égard de mon avenir. Je quittais son bureau calme et confiante à la fin de chaque visite. Je communique encore avec elle par courriel à l’occasion. Le simple fait de savoir que j’ai quelqu’un vers qui je peux me tourner, quelqu’un qui a de l’expérience, qui n’a pas de parti pris et ne porte aucun jugement m’apporte un sentiment de sécurité. » – Hawa, diplômée Passeport, cohorte de 2011

5. Des modèles à son image 

Rencontrer des modèles qui nous ressemblent peut faire la différence entre un sentiment d’échec et la conviction d’avoir le potentiel pour réussir. Pour Leandré, le fait de voir des femmes noires occuper des postes de direction lui a permis de se projeter dans un avenir prospère.

« À l’école secondaire, j’ai eu la chance de rencontrer des mentors hommes et femmes. Les mentors masculins m’ont encouragée à persévérer à l’école, mais les femmes qui m’ont parrainée m’ont montré, en tant que modèles, que cette persévérance en valait la peine. Leur simple présence me disait : “Moi, j’ai réussi, et tu en feras autant.” Je n’avais pas une idée précise de là où je serais dix ans plus tard, mais je voyais des femmes noires qui avaient un baccalauréat, malgré les défis qu’elles avaient dû affronter dans leurs communautés. Ces femmes m’ont permis de rêver et de cultiver des ambitions par procuration, en quelque sorte. » – Leandré, diplômée Passeport, cohorte de 2014

Nous pouvons tous bénéficier du soutien des autres, mais c’est particulièrement le cas des jeunes qui essaient de comprendre qui ils sont et quel sera leur avenir. Les enjeux peuvent souvent paraître considérables.

Mais grâce à l’aide d’innombrables personnes bienveillantes, les jeunes surmontent les obstacles auxquels ils font face et obtiennent leur diplôme d’études secondaires en se sentant prêts à affronter le monde.

Rencontrez trois jeunes qui, grâce au soutien qu’ils ont reçu au secondaire, cherchent à redonner à la communauté et à bâtir notre avenir.